Ecologie

Pourquoi j’ai décidé de participer à la Marche pour le climat ?

Ce samedi 8 septembre 2018, une marche pour le climat, à laquelle j’ai décidé de participer, était organisée à Lyon  Des marches ont été organisées partout en France réunissant plus de 100.000 personnes selon les organisateurs. Les marches pour le climat font suite à la démission de Nicolas Hulot en tant que ministre de la transition écologique et solidaire. Elles découlent d’une initiative de Maxime Lelong, un citoyen comme vous et moi qui n’appartient à aucune ONG et qui ne revendique aucun parti politique. Il a décidé, le jour de la démission, de lancer un mouvement citoyen sur les réseaux sociaux .

L’évènement a tout de suite fait fait face à un engouement très important. Nicolas Hulot ne s’est pas senti assez soutenu et écouté au sein de l’exécutif et il part avec un sentiment d’impuissance laissant peu d’espoir en ce qui concerne une transition écologique prochaine.  Interviewé à France Inter, il déclare « Au quotidien, qui ai-je pour me défendre ? ». La population française répond et elle lui démontre qu’elle est réceptive à un changement structurel en matière d’écologie et que c’est une problématique  dont elle se préoccupe.

DSC_0029
Marche pour le climat Lyon

Cet été nous avons dû faire face à un épisode caniculaire qui témoigne du réchauffement climatique et de plus en plus d’affaires en rapport avec la pollution de l’air, de l’eau et des sols ont refait surface notamment après le procès gagné par Dwayne Johnson contre Monsanto. Ce procès confirme que le glyphosate commercialisé par Monsanto est nocif pour la santé puisque le produit entraine un excès d’acide rétinoïque. Cet acide est essentiel au développement humain, or en très grande quantité, il est à l’origine de déformations congénitales et peut engendrer des risques cancérigènes.

Cependant l’actualité aussi négative soit elle, nous conforte sur un point ;  l’écologie est de plus en plus au centre du débat public. Nous avons besoins de trouver de nouvelles solutions puisque notre système de consommation n’est pas adapté. L’Homme consomme plus que ce que la nature est en capacité de lui donner. A ce jour nous sommes plus de 7,6 milliards sur terre et nous devons trouver des solutions, notamment dans le secteur de l’agriculture pour répondre aux prévisions allant jusqu’à 9 milliards d’habitants en 2050.  Les ressources mondiales s’épuisent  de plus en plus rapidement, en témoigne le « jour du dépassement » qui survient de plus en plus tôt chaque année. Ce jour est calculé  par l’ONG, Global Footprint Network, à partir l’empreinte carbone et des ressources utilisées pour pêcher, cultiver et déboiser. En cette année 2018, la population mondiale vit à crédit depuis le 1er  aout.

 

Idéalement j’aimerais que cela provoque une prise de conscience générale mais je peux comprendre que certaines personnes ne saisissent  pas en quoi une marche favorise un progrès, quel qu’il soit, en matière d’écologie. En soit ces personnes n’ont pas forcément tord, elles n’ont pas raison non plus. Il est certain que cette marche n’a pas un impact direct sur l’environnement. En réunissant autant de personnes, les marches pour le climat ont permis à ce mouvement écologique de prendre de l’ampleur et de se faire entendre, même au sommet des institutions. Selon moi, participer à la marche pour le climat  était une façon de m’entourer de personnes qui partagent le même combat idéologique mais également physique à travers des actions du quotidien qui visent à diminuer notre impact environnemental. J’ai pu ressentir que de plus en plus de personnes ont envie de faire entendre leurs revendications et demandent à ce qu’il y ait une transition pour diminuer la pollution. Pollution qui découle d’une part,  de l’utilisation des énergies fossiles qui entrainent une augmentation de l’ effet de serre mais aussi de produits chimiques et toxiques déversés dans l’eau, l’air et la terre, de la déforestation et  des déchets non recyclables ou non recyclés.

Marche pour le climat Lyon

Pour comprendre pourquoi je me suis rendue à cette manifestation citoyenne, il faut sortir de la spirale négative qui nous laisse penser que des petites actions n’auront aucun impact surtout sur les politiques gouvernementales. Manifester est un droit au sens juridique du terme. Tous les pays du monde ne sont pas loger à la même enseigne en ce qui concerne ce droit. Lorsqu’il y a manifestation il y a liberté d’exprimer ses opinions et de témoigner du soutient à une cause ou à une personne. En ce début du mois de septembre et après la démission de Nicolas Hulot, on se rend compte que l’écologie est  de plus en plus reléguée au second plan. Pas parce que le sujet n’intéresse pas mais parce que même une personne avec des ambitions, au sein du gouvernement est confrontée à des lobbies et des groupes industriels qui empêchent cette transition écologique. Cette manifestation nous confirme que nous sommes prêts pour le changement, prêts à trouver ensemble de nouvelles alternatives et que rien ne doit nous laisser penser que les choses sont déjà perdues d’avance.

  Nous sommes tous conscients que lorsqu’il y a installation d’une entreprise ou d’agriculteurs qui utilisent des produits ayant des effets chimiques et toxiques, ces produits sont déversés dans les sols, dans l’eau ou la terre. Dès lors, la population à proximité subit de plein fouet les impacts environnementaux qui génèrent des effets nocifs sur leur santé. Le réchauffement climatique et les catastrophes liées au dérèglement climatique ont également causés une augmentation de l’insécurité alimentaire principalement dans des pays comme l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie. Ces exemples témoignent d’une pollution qui impacte directement les populations. La décision personnelle entreprise de choisir un modèle de consommation plus respectueux de l’environnement, nous a donné l’occasion lors de cet élan citoyen de pouvoir se RASSEMBLER en une seule et unique voix qui a un intérêt commun. Parce que c’est une question d’écologie mais c’est aussi et surtout une question d’humanité.

Publicités
Voyages

Carnet de voyage : Visiter Porto en 3 jours

Pour terminer les grandes vacances en beauté, j’ai décidé de partir quelques jours sous le soleil du Portugal. Le soleil et la chaleur n’ont pas réellement été au rendez-vous. Disons plutôt qu’en étant au bord de l’Océan, le temps a été très changeant. Même si nous n’avons pas eu un soleil de plomb, il a quelque fois montrer le bout de nez pour notre plus grand plaisir !  Porto est une ville vraiment magnifique et pleine de charme. Si je ne pouvais la décrire qu’en quelques mots, je dirais que cette ville est un véritable tableau. Un tableau très coloré que chaque variation du soleil teinte d’une lumière froide ou orangée. Ces quelques jours ont suffi pour s’éprendre de l’ambiance et visiter une grande partie de la ville.

Nous sommes parti de l’aéroport de Lyon avec la compagnie EasyJet. C’est la solution la plus économique pour voyager en Europe surtout si vous prenez votre vol très à l’avance.

La Porto Card

Après un peu moins de 2 heures de vol nous sommes arrivés à Porto. Depuis l’aéroport j’ai décidé d’acheter une Porto card, à l’étage O dans le stand Nova Cambios (n’accepte que l’espèces). Vous avez le choix entre une carte sans transport avec quelques visites gratuites et des réductions dans des magasins pour 6 €/jour ou une carte avec transports à 13€/jour.  C’est une bonne alternative puisqu’elle permet de prendre les métros et les bus de la ville en évitant d’attendre aux bornes a chaque fois que vous faites un nouveau trajet. De plus elle  donne des avantages et des réductions dans certains musées, pour des visites de la ville (en bateau, bus, circuits en voiture), des locations de vélos et même des réductions dans certains magasins partenaires. Si vous ne prenez pas la carte à l’aéroport, vous pourrez également l’acheter dans les Offices de Tourisme de Porto.

Si vous loger dans la ville même, il est possible de visiter Porto uniquement à pieds surtout si vous restez 3 jours ou plus.

Où loger ?

DSC_1227

Nous avons décidé de loger dans l ’hôtel Solverde Spa ans Wellness Center situé dans la ville d’Espinho à une vingtaine de kilomètres du centre de Porto.  Le trajet en train Porto-Espinho est compris avec la Porto Card.  Depuis Porto il faut prendre le train en direction d’Aveiro et s’arrêter à la gare de Granja située à 10 minutes à pieds de l’hôtel.

DSC_1235

L’hôtel n’est pas ce que l’on peut appeler un bon plan, c’est un hôtel qui comprend toutes les commodités du haut de gamme et par conséquent le prix est plus élevé. Cependant, il propose une vue imprenable sur l’Océan, un accès privatisé vers la plage,  deux piscines (intérieure et extérieure), une salle de sport et un complexe détente avec sauna et hammam. Grace à la piscine nous avons pu nous baigner car la température de l’Océan nous a très vite dissuadé.

Le petit-déjeuner est compris dans le prix de la chambre et il serait dommage de s’en priver, il est littéralement gargantuesque. Le buffet est servi dans la salle à manger qui fait également office de restaurant.  Le personnel de l’hôtel a vraiment été très agréable et aux petits soins pour que le séjour soit le plus reposant possible.  En pleine saison, le prix de la nuit à l’hôtel s’élève à une centaine d’euros par personne. Au vue des services proposés, l’hôtel possède l’un des meilleurs rapport qualité prix dans les environs de Porto. De plus pour un séjour allant de 3 à 4 nuits, l’hôtel propose beaucoup d’offres de dernières minutes à des prix plus raisonnables.

1er Jour :

Sans titre 3

Nous avons commencé la journée à 8 heure par un brunch sur la place Carlos Alberto. Cette petite place triangulaire située non loin de l’hôtel de ville de Porto est bordée de petits restaurants avec terrasses.  Le Zenith Brunch & Cocktail Bar est une adresse vraiment sympa et les prix sont assez abordables. L’adresse est assez prisée donc il se peut qu’il y ait un peu d’attente à l’entrée. Vous pourrez aussi bien prendre des œufs Bénédicte, des pancakes ou des smoothies bowls (des bols de fruits avec du yaourt)  Le restaurant propose beaucoup de brunchs végétariens, vegans et sans gluten.

DSC_1153

Personnellement j’ai craqué pour les pancakes aux Oréos. Je vous les conseillent vivement car ils sont aussi beaux que bons!

Je vous vous déjà saliver alors voila c’est cadeau : le Menu du restaurant ! Comme ça vous pourrez déjà déjà vous faire une idée des ordres de prix.

VISITE

Igreja do Carmo

Au coin de la place Carlos Alberto se trouve l’église d’Igreja do Carmo. L’église est recouverte d’azuleros (des carreaux de faïences), typiques de l’architecture portugaise. Même à l’intérieure, cette église de type baroque, a revêtu son habit de lumière et d’or et s’est ornée de décors sculptés.

La Tour des clers

Nous sommes ensuite descendus vers la Ribeira, en passant devant l’église des clercs. L’entrée dans l’église est gratuite mais il faut payer 3 € (moitié prix avec la Porto Card) pour grimper au sommet de la tour.  Du haut de cette grande tour vous pourrez observer le plus haut point de vue à 180 degrés de Porto.

DSC_1401

En descendant vers la Ribeira par la Rua das Flores, nous sommes tombés sur la place où se trouve le palais de la bourse (palacio da Bolsa) à quelques mètres du fleuve.

DSC_1248

Le Mercado F.Borges

La place est surplombée par le Mercado F.Borges, une ancienne halle de marché transformée en salle de concert et en restaurant. Des événements et expositions temporaires sont organisés régulièrement. Lorsque nous étions à Porto, la salle accueillait des petits créateurs et des vendeurs de produits régionaux.

DSC_1257

La Ribeira

Le quartier de la Ribeira constitue le centre historique de Porto.   C’est un quartier par lequel il faut obligatoirement passer si vous visitez Porto.  Bordés par le Douro, les quais de la Ribeira sont très prisés par les touristes et personnellement c’était pour moi le plus bel endroit de Porto.

DSC_1993

C’est un véritable paysage de carte postale avec les jolies façades colorées des maisons d’un côté et de l’autre le Douro enjambé par le pont Dom Luis.

DSC_1262

En fin de journée nous avons pris la direction de la gare Sao Bento pour rentrer à Espinho. Nous avons pu observer le coucher de soleil depuis la cathédrale de Porto (Sé do Porto) à une minute à pied de la gare. Depuis la cathédrale on surplombe Porto et ses nombreuses églises.

DSC_1431(1)

La gare de Sao Bento est située au centre de Porto. C’est un bâtiment très imposant et à l’intérieur du hall vous pourrez observer une immense fresque d’azulejos.

2ème Jour:

Espinho

Pour le deuxième jour, je vous propose une petite excursion hors de Porto. Nous logions à Espinho et par conséquent nous avons décidé de découvrir la ville d’un peu plus près. La ville est située au bord de l’Océan et à environ 30 minutes en train de Porto. Le trajet est compris dans la Porto Card mais sans la carte un aller-retour depuis les gares de Campanha ou Sao Bento coûte 3.90 €.

DSC_1815

Espinho possède une très belle plage, la Praia da Baia, qui peut faire office de jolie ballade puisqu’elle est bordée d’un long ponton.  La plage d’Espinho s’étend sur 17 kilomètres et elle est considérée comme l’une des plus belles du Portugal.

DSC_1224
Praia da Baia

A Espinho, le lundi de chaque semaine, se déroule le plus grand marché du Portugal.  Le marché d’Espinho est interminable. Au début du marché vous trouverez les vendeurs plus locaux de fruits, légumes, pâtisseries, de poissons et de fleurs et plantes. C’était pour moi la partie la plus importante et plus intéressante du marché.   Ensuite il y a beaucoup de vêtements et linges (nappes, serviettes, linge de maison…) mais j’ai été un peu déçue parce qu’il y avait beaucoup de contrefaçons et de produits qui ne sont pas fabriqués au Portugal.

Nous avons passé la matinée à nous balader dans les jolies ruelles de la ville.

Aveiro

Depuis Espinho je vous conseille de continuer votre trajet en train pour vous dirigez vers Aveiro. Depuis Espinho l’aller-retour pour Aveiro coûte 4 € par personne. Cette ville très colorée est appelée la petite Venise du Portugal. Les façades sont soit peintes soit couvertes d’azulejos.

Si vous aimez gouter aux spécialités culinaires, la ville d’Aveiro est reconnue pour sa confiserie appelée l’Ovo moles, du jaune d’œuf sucré dans une pâte  d’Ostie.

Si vous avez un peu plus de temps, il faut absolument que vous visitiez le magnifique et atypique quartier de Costa Nova situé à une dizaine de kilomètres d’Aveiro. C’est un quartier composé de maisons de bords de plage rayées et colorées.

3ème jour :

Une cave de Porto

Nous avons commencé la journée par la visite par l’un des plus vieux domaine de fabrication du Porto. La cave est située du côté de la vila Nova Gaia.  Pour vous y rendre vous pouvez emprunter le ligne D du métro (jaune) et vous arrêter à la station Général Torres. Avec la Porto Card la visite de la Real Companhia Velha était gratuite mais l’entrée est habituellement au prix de 12 € par personne. Nous avons commencé par le visionnage d’un petit film sur l’importation du Porto depuis la vallée du Douro. Ensuite nous avons eu une rapide visite en français dans la cave par un guide réellement impliqué et intéressé par le sujet auquel on peut poser beaucoup de questions. Puis la visite se termine par une dégustation de deux Portos, un Porto rouge et un blanc.

Le Jardin du palais de Cristal

Les jardins situés sur les hauteurs de Porto sont parfaits pour se ressourcer et être un peu plus au calme après quelques jours à sillonner les rues de la ville. En plus le parc offre une vue imprenable sur le Douro et le pont Dom Luis. Le palais de Cristal était fermé pour cause de travaux cet été mais à vrai dire je n’avais pas forcément lu de bonne critique sur sa visite et d’extérieur le bâtiment n’est pas réellement attirant.

Une mini-croisière sur le Douro

Lorsque nous nous promenions sur les quais de la Ribeira, nous avons remarqué beaucoup de petites cabanes proposant une ballade en bateau de 50 minutes sur le Douro appelée la croisière des 6 ponts. Nous nous sommes dirigés vers la compagnie Tomaz do Douro et avec la Porto Card nous avions 20 % sur la croisière. Normalement la croisière est affichée au prix de 15 € pour les adultes et 7.5 € pour les enfants de moins de 12 ans. Le petit tour est agréable et la visite est traduite en toutes les langues, y compris en français.  L’avantage avec cette compagnie, c’est que le bateau possède une terrasse extérieure où l’on peut plus facilement prendre des photos des jolies façades colorées sous un autre angle.

Le plus beau point de vue pour observer le coucher du soleil

Pour rejoindre le côté de la vila Nova Gaia, nous avons pris la ligne D (jaune) et nous nous sommes arrêté à Jardim do Morro. Puis en montant, à pieds, en direction de l’ancien couvent Nossa Sehora da Serra do Pilar nous avons eu accès à une vue imprenable les quais de la Ribeira de Porto. Cette vue est à couper le souffle surtout lorsque le soleil se couche sur  la ville.

ou manger

Lorsque je me rends dans un pays étranger, j’aime aller jusqu’au bout de l’expérience en mangeant des plats typiques mais j’aime aussi découvrir de belles adresses, qui proposent des plats excellents pour un pour un prix tout à fait abordable. A Porto, certains restaurants surfent sur l’afflux important de touristes pour proposer des plats pas trop chers mais ils ne servent en fait que du surgelé. Après quelques mauvaises expériences je vous conseille d’éviter les terrasses bondées de touristes car ça n’est pas forcément un gage de qualité. En nous éloignant un peu de ces endroits très prisés nous avons quand même pu découvrir de jolies adresses  qui valent la peine d’être partagées.

Petit conseil: Dans certains restaurants au Portugal, un ensemble de Tapas et du pain vous est servi lorsque vous vous asseyez à table. Ce sont des suppléments qui seront comptés dans l’addition. Si vous n’en voulez pas, vous pouvez les refuser ou les laisser de côté.

Le Mercado Beira-Rio (148 Avenida Ramos Pinto, Vila Nova de Gaia)

DSC_0012
Mercado Beira-Rio

Ce marché municipal est situé sur la rive en face de la Ribeira sur les quais de Gaia. Dans le marché vous trouverez un rassemblement de stands de produits frais pour vous restaurer aussi bien le midi que le soir puisque le marché ferme à 23 heure. La nourriture est d’une réelle qualité et les repas sont cuisinés devant les clients.  Vous avez le choix entre des petites portions à manger sur le pouce ou de réels menus élaborés comme des fruits de mer, des hamburgers…

Frankie Hot Dogs (259 Rua do Almada)

Nous sortons des plats typiques portugais pour découvrir une belle adresse au centre de Porto vraiment peu chère et qui propose des plats copieux et savoureux. Leurs hot dogs sont délicieux et le cadre industriel et vintage donne une ambiance vraiment sympa au restaurant. Pour un hot-dog il faut compter entre 2.89 € et 4.95 € et le menu avec des frites ne coûte que 4 €.

Trasca Comes (16, Rua de Tras)

DSC_1947

Ce restaurant est situé dans une rue perpendiculaire à la Rua des Flores. Il est vrai que les plats ne sont pas très copieux mais la qualité gustative est bel et bien présente. C’est un petit restaurant assez convivial et chaleureux dans lequel vous pourrez commander plusieurs sortes de tapas typiques du Portugal. Nous avons testé le poulpe frais en salade et la Francesinha. La Francesinha est un plat typique de Porto qu’il faut avoir gouté au moins une fois si vous décidez de séjourner dans la ville. Si vous n’aimez pas les plats relevés ou épicés, certains plats du restaurant peuvent ne pas vous convenir donc je vous conseille de demander des précisions au serveur.

shopping Porto

J’aime les petites boutiques de créateurs ou les friperies et c’est pour cela que je vais vous partager quelques belles boutiques que j’ai pu découvrir à Porto.

1. Pop-up Worshops (275 Rua do Almanda) : C’est une très grande boutique qui propose des produits fabriqués au Portugal par des artisans. Vous trouverez des produits de beauté, beaucoup de textiles et de la décoration. Au fond du magasin, il y a même un espace dédié aux cours de cuisine.

2. Bem Portugues (45 Rua Catarina) : C’est une boutique d’accessoires et plus particulièrement de bijoux créés au Portugal à partir de bois recyclé. J’ai beaucoup aimé le concept de la boutique et les prix sont vraiment abordables.

3. Galerias Lumière (157 Rua Jose Falcao) : Dans ce centre-commercial, on trouve uniquement des produits issus de petites boutiques indépendantes. Mais aussi des restaurants, des cafés et des galeries d’artistes.

Porto est une ville pleine de surprises et de très beaux endroits surtout si vous osez vous écarter des sentiers battus pour vous faire votre propre expérience. En 3 jours vous pourrez déjà visiter une grande partie de Porto et même certains villages aux alentours.

Voyages

Mon grand voyage au Canada et aux États-Unis : 4 jours à Montréal

via Lifestyle

Mon grand voyage au Canada et aux États-Unis : 4 jours à Montréal

A la fin du mois de mai je me suis envolée pour un long et beau voyage que je préparais depuis un certain temps. Je suis partie de Lyon et en 6 heures de vol, nous sommes arrivés à Montréal.   En plus de Montréal lors de notre road-trip, nous avons visité Ottawa, Toronto, Boston et New-york mais dans cet article je préfère vous donner uniquement ce que j’ai retenu de mon expérience canadienne et plus spécifiquement de Montréal. Le Canada est un pays auquel je me suis très vite attachée et je n’avais pas vraiment envie de le quitter à vrai dire. J’ai rencontré des gens avec une autre façon de penser, un autre état d’esprit et qui ont le cœur sur la main. J’ai commencé mon voyage seule et en tant que telle j’avais beaucoup d’appréhensions. Je logeais seule mais j’ai très vite rejoint des amis sur place. C’est la première fois que je voyageais seule et que j’étais aussi loin de chez moi. Pourtant à aucun moment je me suis sentie en danger, seule dans Montréal que ce soit le jour ou la nuit. Je ne dis pas que j’ai la certitude que rien ne peut se passer, mais pour ma part je me suis toujours sentie en sécurité dans les rues et les transports. De plus la francophonie m’a permis de ne pas trop me sentir dépaysé.

Montréal s’inspire du modèle américain avec ses nombreux et grands buildings cependant les espaces vert occupent également une place très importante dans la ville. C’est une ville qui est toujours en mouvement et particulièrement l’été car beaucoup d’événements sont organisés.  Il est assez difficile de visiter tout Montréal en quatre jours mais j’ai pu découvrir de très bonnes adresses et c’est ce que j’ai voulu partager avec toi dans cet article.

Le trajet Aéroport – Centre-ville

J’ai atterri à l’aéroport Pierre-Eliott-Trudeau à Montréal, ensuite pour rejoindre le centre-ville j’ai décidé de prendre la navette 747 pour rejoindre le centre-ville. Le ticket coûte 10$ canadien et il peut être utilisé pendant 24h dans les bus et les métros de Montréal.

L’Hébergement:

Les auberges de jeunesse sont un bon compromis en ce qui concerne le rapport qualité-prix et elles permettent de rencontrer de nouvelles personnes avec qui on peut partager nos bonnes adresses et nos différentes expériences.   Il y a l’embarras du choix en matière d’auberges à Montréal. Personnellement j’ai choisi de loger dans l‘auberge Saint-Paul, au sud de Montréal située juste à côté du port.  En partant seule, j’ai choisi cette auberge parce que c’était la seule dans laquelle il restait des places dans un dortoir féminin. Dans une auberge, trois choses sont fondamentales, le confort de la chambre, la propreté et le petit-déjeuner. J’ai trouvé que cette adresse remplie tous les critères même si la rue est très vivante et il peut y avoir du bruit dans la soirée mais personnellement avec la fatigue de mes journées bien remplies  cela ne m’a pas trop dérangé. En ce qui concerne la propreté surtout dans les sanitaires, je n’ai eu aucun problème, ils étaient toujours très propres. Pour finir sur le petit-déjeuner, il était très complet. Le seul petit détail que j’aurais  à redire, c’est qu’ il n’y avait que du café, pas de lait ou de boissons fraiches.

Les incontournables de Montréal :

Le quartier du  plateau :  On ne peut pas passer par Montréal sans se balader dans le charmant quartier du Plateau. L’architecture originale et colorée de ces petites maisonnettes semble tout droit sortie de décors de films. Le quartier est parfait pour prendre un verre, se balader et même faire du shopping. Notamment parce que de nombreux petits créateurs et artistes ont choisi le quartier pour installer leur boutique.

 

 

Chaque coin de rue du Plateau regorge de nouvelles surprises. En plus de s’afficher sur les maisons, les couleurs sont partout et le street art en est l’exemple même. On peut voir des « murales » (appelées ainsi par les québecois) dans toutes les rues de Montréal,  et encore plus dans le quartier du Plateau. Le street-art fait désormais partie de l’identité de la ville.  En témoigne le festival d’art urbain international, Mural, célébrant la musique et les arts visuels pendant 11 jours au mois de juin !

 

 

Le Parc du Mont-Royal :  C’est le passage obligé pour découvrir l’une des vues les plus époustouflantes de Montréal depuis le Belvédère du Chalet. La pente est quelque peu abrupte pour parvenir au belvédère. Tu auras le choix entre les escaliers ou le sentier mais je suis sûre que tu ne seras pas déçu d’avoir fait l’effort de grimper.  Lors de la montée jusqu’au panorama, la grandeur et le calme du parc nous donnerait presque l’impression de ne plus être en ville, pourtant derrière la verdure on peut encore apercevoir les immenses buildings.

Le dimanche, il ne faut surtout pas louper l’attraction incontournable de Montréal; les Tam-Tams du Mont-Royal. Les Montréalais se mêlent aux touristes et se retrouvent lors d’un impressionnant rassemblement de percussions et de danseurs.

DSC_0113DSC_0097

Le vieux Montréal et la basilique Notre-Dame : le quartier historique est situé au sud de Montréal près du Vieux Port. Entre modernité et vielles pierres, tu pourras commencer ta visite par la place Jacques Quartier en prenant le métro pour t’arrêter à la station Champs de Mars Sur cette place très animée tu trouveras de jolis bars et des spectacles de rue toute la journée.  Ensuite direction la basilique Notre-Dame. J’ai été impressionnée par la richesse de l’ornementation et l’incroyable luminosité émanant de cette basilique néogothique. Elle est entièrement décorée et toutes les parties sans vitraux sont peintes en bleu, rouge  ou en or. En prenant un peu plus au sud, tu pourras longer le Vieux-Port à pied ou à vélo. Le Vieux Port est aménagé l’été pour le rendre plus accessible aux touristes, ainsi tu trouveras des containers aménagés en restaurants dans lesquels tu pourras grignoter des spécialités canadiennes par exemple.

 

 

Vous pourrez également apercevoir de l’autre côté du port des bâtiments imposants aux architectures atypiques. Le premier bâtiment très imposant est un élévateur à grain désaffecté, plus exactement le silo n°5.  C’est le dernier silo du Vieux Port puisque les autres ont été détruits. Le deuxième bâtiment situé à coté du silo a été construit dans les années 60 lors de l’exposition universelle de 1967, d’où son nom « L’Habitat 67 ». Le bâtiment est très reconnaissable avec son architecture originale, il est conçu à la manière de blocs empilés les uns sur les autres.

 

 

Le Village : C’est le quartier gay de Montréal. Vous ne pourrez pas passer à côté car l’été, des guirlandes multicolores ornent la rue. Vous trouverez dans cette rue de nombreux bars et restaurants. Ça n’est pas forcément le quartier qui m’a le plus plu mais pour faire quelques photos l’ambiance et les guirlandes colorées étaient parfaites.

DSC_0187

La rue Crescent : Perpendiculaire à la rue Sheerbrooke (une rue très commerciale qui concentre toutes les grandes enseignes), j’ai particulièrement apprécié cette rue. C’est une rue très vivante, où l’on trouve beaucoup de bars (pubs, clubs…) et de restaurants. Il y a beaucoup d’animations la journée comme la nuit et si vous cherchez un endroit où sortir, vous trouverez forcément votre bonheur dans cette rue.

DSC_0149

Ma petite sélection de musées

  • Pointe-à-Caillère (Vieux Port) : Si j’ai un musée à recommander à Montréal c’est celui-ci. Il C’est le musée d’archéologie et d’histoire de Montréal. Les expositions sont aussi bien accessibles aux adultes qu’aux plus jeunes et elles sont très pédagogiques. De plus jusqu’au 4 novembre 2018 vous pourrez assister à une exposition sur les « Reines d’Égypte » que personnellement j’ai très trouvé très complète et intéressante.
  • Le Centre d’histoire de Montréal : C’est également un musée sur la fondation et le développement de la ville de Montréal. Le musée aborde le point de vue des différentes populations qui se sont succédé dans la ville de la fondation et l’industrialisation à la création de nouveaux quartiers après la multiplication des flux migratoires européens et asiatiques.

adresse resto

Où manger ?

Le Brunch : 

Le REGINE CAFE : Je vous le recommande vraiment pour prendre un bruch dans une ambiance très chaleureuse et confortable.  Les produits sont de très bonne qualité et le service est très agréable. Pour être sûr d’avoir une place je vous conseille de faire une réservation. Si vous aimer le chocolat, leur chocolat fleur de sel est le meilleur chocolat que je n’ai jamais bu, je vous le recommande vivement !

 

 

La Poutine : 

La BANQUISE : Situé dans le quartier du Plateau au coin du parc La Fontaine. Ce restaurant est une institution pour manger la fameuse POUTINE !  Cependant, il se peut que vous ayez beaucoup d’attente à l’entrée, c’est pour cela que je vous conseille d’arriver suffisamment tôt. En apparence le plat n’est pas très appétissant mais il faut en avoir gouter au moins une fois pour se faire son propre avis.  La poutine traditionnelle est composée de frites recouvertes d’une sauce brune et de fromage en grains surnommé le fromage « couic-couic ». L’avantage de ce restaurant est qu’il y a beaucoup de variétés de Poutines différentes et revisitées avec des accompagnements originaux. Personnellement pour une première, j’ai choisi une poutine accompagnée de guacamole, crème sûre et tomate. C’était vraiment bon et les portions sont largement suffisantes voire même un peu impressionnantes.

IMG_6973[1]

Les Côtes levées :

LES ENFANTS TERRIBLES :  Le restaurant est situé au sommet de la place Ville Marie offrant une vue à 360° sur tout Montréal. C’est l’adresse dans laquelle j’ai mangé les meilleurs  côtes levées (ribs) de tout mon voyage. Le plat était copieux et la cuisson de la viande était parfaite et fondante.

 

 

BATON ROUGE: c’est une chaine de restaurant très connue au Canada et plus particulièrement pour ses côtes levées. Nous avons décidé de les gouter et nous n’avons pas été déçu ! En plus ils proposent un accompagnement de frites de patates douces pour un petit supplément et personnellement j’ai craqué.  Le repas était vraiment excellent et les portions étaient largement suffisantes.

IMG_7630[1]

les friperies

Pour finir j’ai décidé de partager avec vous une belle adresse pour faire du shopping et plus spécialement,  Eva B, la friperie la plus underground de Montréal !

  • Eva B :  Elle est située sur le boulevard Saint-Laurent et vous la reconnaitrez forcément ! La façade est entièrement recouverte de graffitis.  D’extérieur la boutique parle d’elle même et elle démontre son  ambition de créer une atmosphère presque hors du temps. La quantité de vêtements est réellement impressionnante et s’étend sur plusieurs étages. A l’intérieur on retrouve un  restaurant qui propose tous les jours des repas à base de produits frais. En soit, c’est tout ce que l’on peut attendre d’une friperie mais en encore mieux !
Le tatouage

Le road-trip des tatouages

via Lifestyle

Le Road-Trip de mes rêves en Europe- Tatouages

Loin de l’image de rebelle négligé et de bad-boy , depuis quelques années le tatouage s’est démocratisé pour devenir finalement un véritable effet de mode. Personnellement je ne peux pas dire que je ne m’inscris pas dans cette tendance en ayant fait mon premier tatouage il y a un peu plus d’un an sur le haut du bras, au moment où  le tatouage a réellement implosé. Cependant c’est une réflexion de longue haleine et une passion qui est beaucoup plus ancienne. Née partir du moment où j’ai pris conscience que je pouvais utiliser mon corps comme toile vierge pour m’exprimer et partager ma personnalité. Beaucoup de personnes tatouées pourront vous confier que c’est une passion qui devient très vite une une addiction. En ce qui concerne mes choix personnels,  je ne m’attache qu’à représenter des étapes de ma vie et des moments qui m’ont apporté du bonheur pour que je ne pense qu’à des choses positives en les regardant. Tu pourras remarquer que mes styles de tatouages préférés sont le Old School et le Néo-traditionnel mais je fonctionne au coup de cœur et si un motif me parle je peux m’éloigner de mes styles de prédilection. Le Néo-traditionnel reprend les lignes épaisses et les couleurs vives du Old School mais avec des thèmes nouveaux et une palette de couleur plus étendue.  Pour trouver le tatoueur qui colle à mes idées et mes inspirations je me ballade souvent entre différents réseaux sociaux comme Pinterest et Instagram.

Pour cet article j’ai décidé d’allier ma passion pour les voyages avec ma passion pour les tatouages en organisant un petit tour d’Europe des salons de tatouages. Tous les tatoueurs que j’ai sélectionné sont des artistes que j’aime particulièrement et qui correspondent aux idées de potentiels nouveaux tatouages que j’ai en ce moment.

road trip tatouage europe

  1. France

On commence notre voyage dans l’ouest de la France, dans le salon Les Vilains Bonhommes à Nantes. Une ville bordée par la Loire où il fait bon vivre et où l’art et la culture a une place très importante. On y retrouve Charly Tattoo, une tatoueuse Néo-traditionnelle très talentueuse. La couleur violette est dominante dans la plupart de ses œuvres. Elle représente majoritairement des portraits magnifiquement ornés de pierres précieuses ou de minéraux et des motifs floraux.  Les portraits paraissent tout droit sortis d’un univers fantastique et enchanteur.

View this post on Instagram

✨tattoo réalisé chez @les_vilains_bonshommes * Merci Marine d'avoir adopté ce motif et de ta confiance pour ton premier tattoo 💖 ✨ . . #tattoo #charlytattoo #tattoos #tattoooftheday #legtattoo #inkjecta #womantattoo #tattoed #tattooer #tattoist #tattooart #tattooartist #portrait #inked #neotradeu #neotrad #neotradsub #neotradtattoo #neotraditional #neotraditionaltattoo #colortattoo #thebesttattooartists #tattooflash #thenewtraditionalistseurope #inkstagram #tattooworkers #neotraditionaltattooers #inkedgirls #tatouage #TAOT @neotraditionaleurope @neotraditionaltattooers @txttooing @thenewtraditionalistseurope @neotraditionaleurope @thebesttattooartists @tradtattoos @les_vilains_bonshommes @rockyzero_tattoo @dob_r_man @charlytattoo

A post shared by ● C H A R L Y [ C H O U ] ● (@charlytattoo) on

View this post on Instagram

✨2ème prix BEST OF DAY à la @corsairtattooink * Merci Sandy pour ton courage, ta patience et d’avoir adopté ce motif 💜 Merci au jury pour ce prix et à toute l’organisation et les bénévoles de @corsairtattooink pour cette convention. 🙏🏻 Merci à mon acolyte @rockyzero_tattoo de m’avoir supporter et d’avoir été d’une aide précieuse pendant ces 2 jours✨ . . #tattoo #charlytattoo #tattoos #tattoooftheday #legtattoo #portrait #womantattoo #tattoed #tattooconvention #tattoist #tattooart #tattooartist #bestofday #inked #neotradeu #neotrad #neotradsub #neotradtattoo #neotraditional #neotraditionaltattoo #colortattoo #thebesttattooartists #tattooflash #thenewtraditionalistseurope #inkstagram #tattooworkers #neotraditionaltattooers #inkedgirls #tatouage #TAOT @neotraditionaleurope @neotraditionaltattooers @txttooing @thenewtraditionalistseurope @neotraditionaleurope @thebesttattooartists @tattoosnob @tradtattoos @les_vilains_bonshommes @rockyzero_tattoo @dob_r_man @charlytattoo

A post shared by ● C H A R L Y [ C H O U ] ● (@charlytattoo) on

2.La Grande-Bretagne

  • Ensuite nous décollons vers l’est l’Angleterre pour atterrir à Norwich. On retrouve le tatoueur Thomas Bates dans le salon Five Keys Tattoo Studio en plein cœur de la ville. On passe à un style bien différent, tout d’abord parce que cet artiste ne tatoue qu’en noir et blanc et le style est plus fin et plus détaillé. De plus il alterne entre les inspirations ultra-réalistes et fantastiques.

https://www.instagram.com/p/BgEuQu0gZqj/?taken-by=thomasbatestattoo

  • Après beaucoup plusieurs heures de voitures nous arrivons dans la très belle capitale de l’Écosse, Édimbourg. A nouveau j’ai décidé de présenter un style complétement différent, plus ornemental. Le tatoueur, Jack Peppiette, a  décidé de ne tatouer qu’en noir et blanc, de plus les lignes épaisses font écho au style Old School.

https://www.instagram.com/p/Bho7VEBg86e/?taken-by=jackpeppiette

3. L’Irlande

L’Irlande est le pays idéal pour faire un road-trip, le sac et la tente sur le dos, prêt à découvrir la richesse de ses paysages.   Installé au Legendary Tattoo Studio à Dublin. Le tatoueur Isnard Barbosa est un artiste très populaire dans le style Néo-traditionel Il se caractérise par des portraits et motifs imposants très colorés. Mais en plus du style traditionnel il ajoute sa touche personnelle en imaginant des personnages mystérieux et surnaturel.

4. L’Allemagne

  • Direction la capitale éclectique et bohème de l’Allemagne, Berlin. On retrouve la douceur et la finesse du style de la tatoueuse Maret Brotkrumen. La talentueuse artiste peut représenter toutes sortes de motifs différents, animaliers, floraux ou même des portraits. A travers ses œuvres émerge une réelle poésie et une légèreté.

https://www.instagram.com/p/BkBBUFTnr3o/?taken-by=lordenstein_art

  • Toujours en Allemagne,  au sud de Berlin, on part en direction de la ville de Leipzig. Depuis un petit moment je suis l’actualité l’actualité la tatoueuse Jule Rothe. J’apprécie vraiment cette tatoueuse et la netteté des ces traits indispensable au style ornemental. En plus de tatouer des ornementations, elle se diversifie de plus en plus dans des tas d’autres motifs.

https://www.instagram.com/p/Bh4lrVxhy5s/?taken-by=julerothe

5. L’Italie

Retour à un style majoritairement noir et blanc beaucoup plus épuré.  Au premier regard j’ai été séduite par le style original et enfantin des tatouages de Serena Caponera, une tatoueuse d’origine italienne installée à Rome. Cependant la qualité du graphisme n’a rien de simple, chaque dessin est porteur d’émotions et de nostalgie.

6. Palma de Majorque et Barcelone

Pour la fin du voyage j’ai décidé de sélectionner deux artistes qui ont fait leurs preuves dans le style néo-traditionnel.   C’est un style qui me plait particulièrement et je trouve ces deux tatoueurs très talentueux ! D’abord on s’envole sur la petite île paradisiaque de Majorque, à Palma de Majorque, sur laquelle s’est installé le tatoueur Daniel Bauti.

  • Pour finir notre dernière escale s’arrête sous le soleil de Barcelone. Rendez-vous chez le tatoueur Alvaro Alonso. Il a décidé de s’inspirer majoritairement de motifs animaux, comme le tigre, l’aigle ou la panthère.

https://www.instagram.com/p/BlikN86lnHs/?taken-by=_alvarito_tattoo

Dans ma sélection j’ai décidé de partager beaucoup de styles de tatouages très différents même si je dois bien avouer que le style Néo-traditionnel domine mes préférences. J’espère que cette nouvelle façon de voyager pourra de donner quelques inspirations. Aussi bien en ce qui concerne les tatouages que les voyages en cette période de vacances d’été ! 

Musique

Playlist et découvertes musicales #1 Juillet 2018

Je porte depuis toujours un amour inconditionnel envers la musique . C’est seulement mon deuxième article sur ce blog mais l’appel de la musique était trop fort, je n’ai pas pu m’empêcher d’aborder le sujet.   Je ne me souviens pas d’une journée de ma  vie  où je n’ai pas écouté ou fais de la musique.  J’aime faire part des musiques que j’écoute à mes proches et qu’ils me fassent découvrir de nouveaux groupes.  Je n’ai pas spécialement de style musical attitré, je suis attirée par beaucoup de styles différents. Dans mes sélections tu trouveras aussi bien du rock que du nu metal, du metalcore, de la pop, du rap ou du post-rock. J’espère que ma sélection pourra t’accompagner cet été comme elle m’a accompagnée. Au bord de la piscine, sur la plage, chez toi ou en voyage je te souhaite un très belle écoute et de belles découvertes !

  1. Feu ! Chatterton- Sari d’Oricino

Le groupe de rock Feu!Chatterton s’est formé en 2011 et pourtant je ne l’ai découvert que cette année. Je me demande maintenant comment j’ai pu passer à côté !  Arthur, le chanteur mène la danse avec simplicité et élégance.  Le groupe a participé à des premières parties et des festivals très prestigieux lui permettant d’accroitre de plus en plus son influence et d’attirer un public plus diversifié. Leur nouvel album L’Oiseleur sorti en mars 2018 nous entraine dans un monde qui oscille entre surréalisme, poésie et théâtralité.

2. Mat Bastard- Stand as one

Mat Bastard n’est pas une réelle découverte puisque je le connaissais déjà avec Skip The Use mais je n’avais pas suivi son actualité personnelle après la séparation du groupe. Je l’ai redécouvert lors du festival de la paille (Métabief) le 28 juillet 2018. Dans son album LOOV sorti l’été dernier, on le retrouve avec un style plus rock et incisif, par exemple dans la chanson « Stay Close To Me ».  Le chanteur a décidé cependant de garder le coté pop et les riffs entêtants de Skip the use.  Mat Bastard sait retourner les festivals avec son énergie débordante et ne laisse personne indifférent !

3.  Billie Eilish & Khalid- Lovely

Depuis que j’ai découvert cette artiste je l’écoute en boucle.  Je suis transportée par sa voix envoutante apportant un vent de fraicheur sur la scène musicale cet été.  Le talent de cette jeune artiste de 16 ans à peine est indéniable. Elle s’inscrit et s’implique dans les problématiques actuelles des adolescents nés dans les années 2000 confrontés à des questions d’identité, de genre et de non-conformisme. Du haut de son jeune age  elle se montre très impliquée dans la lutte contre la pollution, le réchauffement climatique…  Elle possède une palette de tonalités alternant les graves et les aigües avec maitrise et simplicité. Son dernier album « You Should See Me In a Crowd »  sorti le 18 juillet 2018 a déjà dépassé les 5 millions de vues sur YouTube.

4. Gael Faye- Paris Métèque

   Un regard extérieur aura suffit pour trouver les mots et dénoncer toutes les forces et les faiblesses des Hommes. Gael Faye est l’un des rares artiste qui sait manier et peser chaque phrase pour trouver le mot exact qui transmet l’émotion attendue. Grâce à ses paroles s’adoucit la révolte . Aussi bien chanteur que poète et écrivain Gaël Faye a sorti son premier livre Petit Pays en 2016 avec lequel il a reçu le prix Goncourt des lycéens. Originaire du Burundi, il est arrivé en France après la guerre civile en 1993.  Les sujets abordés dans ses chansons sont directement liés à son expérience personnelle et à ses racines.

5. Masego- Navajo

Je souhaitais représenter beaucoup de styles différents dans ma sélection et pour finir j’ai décidé de partager avec vous un artiste original et qui se démarque par un mélange inattendu de styles musicaux, la « Trap house Jazz ». Associer le saxophone à du rap était un pari risqué mais en ce qui le concerne c’est réussi. Le chanteur et multi-instrumentaliste d’origine jamaïcaine mélange les cultures et les styles pour nous donner un morceau solaire et « feel good ». Ce son, du soleil, des cocktails sur la plage et tout est réuni pour passer un été parfait !

 

 

La mode responsable, Non classé

La « fast fashion » c’est démodé !

je dois tout d’abord préciser que j’aime la mode, les personne qui y travaille et toute la démarche qu’il y a derrière la confection d’un vêtement. Je suis victime comme beaucoup de personnes d’un placard débordant de toute part de vêtements qui ne me plaisent plus ou que j’ai peu porté. J’emploie le mot victime mais j’ai conscience qu’auparavant ma façon de consommer étaient plus axée sur la quantité que la qualité. Cependant rien n’est gravé dans le marbre et j’ai pris la décision, il y a de cela quelques mois, d’avoir une consommation textile plus responsable. Je n’achète que des pièces déjà portées ou issues d’enseignes éthiques ce qui freine considérablement ma consommation. Clairement parce que cette façon de consommer est plus chère, on choisit des vêtements dont a réellement envie ou besoin et on inclue une part d’originalité car on diminue nos chances de croiser une personne avec la même tenue.

Prise de conscience et réel mode de vie, la mode éthique et  l’achat de vêtement d’occasion est de plus en plus au goût du jour. Ce ne sont peut-être que de petites actions à notre échelle mais elles peuvent encourager d’autres personnes à aller à l’encontre du modèle de surconsommation occidental. Beaucoup ont connaissance des conditions de travail des adultes mais également de personnes encore mineures dans les pays en voie de développement et de l’impact environnemental de la production textile. Il faut savoir que la mode est l’une des industrie les plus polluantes après l’industrie pétrolière.   Il serait injuste de penser que  s’habiller de manière éthique ou avec des vêtements d’occasion te rendrait moins à la pointe de la mode. De plus en plus on a tendance à penser que l’industrie de la mode va très vite voire trop et que d’une saison à l’autre les vêtements que l’on aura achetés seront immettables. Mais nous sommes également bien placer pour voir que la mode est un cycle vertueux qui reprend des codes des années antérieures comme les années 70 ou 80 par exemple. Personnellement, les derniers magasins dans lesquels je suis rentrée ne m’ont pas laissé un souvenir indélébile. Tout était assez lisse et plat mais rien n’a réellement réussi à attirer mon attention. Beaucoup de personnes se penchent vers ces enseignes qui sont réputées pour vendre des vêtements bon marché et je n’ai rien contre cela puisque c’est une façon de consommer qui à été la mienne. Il n’est pas question de changer du jour au lendemain mais d’avoir connaissance et pleine conscience de toutes les façons de se rendre moins responsable des effets néfastes de la surconsommation. Plusieurs alternatives existent et internet regorge de bonnes adresses qui feront pencher la balance si je ne t’ai pas déjà convaincu !

  • La nouvelle façon de faire des friperies

Dans toutes les villes de France on retrouve de plus en plus de friperies pour vendre ou acheter des vêtements de seconde main. Tu n’as plus aucune excuse ! La friperie est une caverne d’Ali Baba dans laquelle tu dénicheras des pièces réellement originales et vintage. Ce qui est difficile lorsque tu es débutant en friperie c’est de trouver comment assortir les vêtements avec ce que tu as dans ta garde robe. On a tendance a penser que les vêtements vintage vont nous donner un effet vieillot mais tout est  une question d’assortiment.   Il faut essayer, tester des ensembles qui peut-être ne vont pas vous correspondre mais vous pouvez tomber sur des pièces originales, de luxe et des vêtements qui n’ont jamais été porté à des prix tout à fait raisonnables. Le charme de la recherche au milieu du capharnaüm  que sont les friperies est indéniable. Si vous n’avez pas de friperie à proximité ou si vous ne trouvez pas votre bonheur de plus en plus de sites internet proposent d’acheter de nouvelles pièces et même de vendre vos vêtements d’occasion bien installé dans votre canapé.

  1. Asos Marketplace

Le Marketplace est une plateforme de revendeurs comprenant des friperies et des boutiques de créateurs indépendants. La quantité de produits et de boutiques va très vous donner le tournis et vous passerez beaucoup de temps à chercher LA boutique qui correspond à votre style. Ce site regorge de personnes supers créatives et inspirantes qui customisent et créer de nouvelles pièces en accord avec une logique éthique de la mode. Même si ça n’est pas le cas de tous les créateurs certains  sont engagés dans l’écologie et proposent des  matières naturelles, biologiques ou provenant de vêtements recyclés.

Ma sélection  de l’été :

fast fashion écolo ethique

                  1- PRESEA boucles d’oreilles

2- SEARCH & DESTROY chemise rayée multicolore vintage

3- BORRO DESIGN Pochette Picasso design

4- NUDE ETHICS T-shirt

5- KRAYR SWIMWEAR Maillot de bain

2.  Vinted et United Wardrobe

United wardrobe et Vinted sont deux applications de revente et d’achat de vêtements, chaussures et accessoires de seconde main. Ces sites permettent de redonner une nouvelle vie à ses vêtements et de réduire l’impact de la fabrication sur l’environnement. En achetant des pièces déjà portées et même parfois quasiment neuves on fait un geste pour l’environnement et on supprime le processus de création qui demande des ressources naturelles et humaines.  Aussi bien pour vendre que pour commander ces sites sont optimisés pour faciliter les échanges entre particuliers. Le vendeur reçoit l’argent uniquement si l’acheteur  à confirmé avoir reçu sa commande. La sécurité de la transaction a un prix ; United Wardrobe décide de  prélever des frais de services à hauteur de 1.99 € (2.49 € avec PayPal) au vendeur alors que Vinted décide que les frais sont à la charge  de l’acheteur. Le plus avec ces applications c’est que tu peux communiquer avec les vendeurs pour avoir des informations et des photos supplémentaires de l’article.

 

  • Les marques de vêtements et accessoires éthiques

La deuxième solution pour consommer de façon plus responsable est d’acheter des vêtements fabriqués de façon éthique. Le processus de fabrication est connu par le consommateur évitant  ce que l’on peut appeler l’esclavage moderne des adultes et des mineurs qui seront très peu rémunérés par les marques sous traitant à l’étranger, (même si il est important de considérer qu’on peut sous traiter à l’étranger tout en respectant une certaine éthique).  Les matières choisies sont naturelles comme le lin, le chanvre et le coton biologique… On trouve des vêtements dans toutes les gammes de prix mais il ne faut pas se faire d’illusion et il faut savoir que les prix sont relativement plus élevés que des vêtements achetés dans les grandes enseignes. Le prix comprend la provenance souvent locale des produits, la personne qui avec ses petites mains l’a confectionné et le temps  que cela lui a pris qui est plus justement rémunéré. En consommant de manière éthique avec un petit budget on va donc forcément réduire la fréquence de nos achats en vêtements, accessoires et chaussures et cela pour des pièces dont on a réellement besoins et que l’on va porter.

Ma petite sélection de boutiques éthiques :

1- CAROUSEL CLOTHING jupe. Tous les vêtements sont créés et confectionnés de A à Z en France. De plus les pièces sont des éditions limitées !

 2- MAYAMIKO robe. Le wax, matière traditionnelle africaine,  est de plus en plus à la mode caractérisé par des imprimés très colorés en coton. L’association Mayamiko trust a mis en place un atelier au Malawi en réinsérant les femmes atteintes du VIH dans le travail ou les familles d’accueil des orphelins qui ont perdu leurs parents de la maladie. De plus ils reversent une partie de l’argent pour pour que les locaux aient un accès facilité aux soins

3-  FANTOME sac. Le recyclage a du bon et ce sac va vous le prouver. Il cache plutôt bien son jeu mais il est conçu en Europe à base de chambre à air recyclée et chaque pièce est unique !

4- EKYOG robe. Cette marque est l’une des plus connues en ce qui concerne le marché des vêtements éthiques et éco-responsables. La marque propose aussi bien des basiques que des pièces plus pointues avec des motifs colorées et des coupes originales.  Elle s’engage à n’utiliser que des matières biologiques ou recyclées interdisant tous produits toxiques ayant des impacts néfastes sur les employés. 

5- VEJA basket. Des baskets fabriquées avec des matières premières biologique et agroécologique sans produits chimique cela existe bel et bien. La marque s’engage à respecter les bonnes conditions de travail de ses employés et à rester en contact avec les associations des producteurs et des fabricants.

 

J’ai moi-même été très influencée par l’effet que l’on appelle désormais « fast fashion ». Cet effet est palpable sur les réseaux sociaux puisque l’image prend une place de plus en plus importante . Les influenceurs.euses développent une certaine idée de la mode avec chaque jour une tenue différente et des habits qui ont finalement une durée de vie très limitée. Ces influenceurs sont rémunérés par les marques qui ont pour seul but d’inciter à la consommation.  On retrouve de plus en plus d’articles sur internet abordant le thème du véganisme, de l’arrêt des tests sur les animaux, de la consommation éthique mais je souhaitais te faire partager les vêtements, chaussures et accessoires qui en cette période de soldes me font de l’œil et qui ne me font plus me sentir acteur du processus « fast fashion ».  L’article a surtout pour but d’être informatif et non moralisateur et de permettre l’accessibilité à un nouveau modèle de consommation en phase avec des idées éco-responsables. Personnellement ce pas vers une façon de consommer plus respectueuse de l’environnement et même de l’être humain en général me fait me sentir mieux et me donne l’impression de faire quelque chose de bien. Je suis consciente que pour certain cela peut paraître superficiel par rapport à tout le chemin encore à parcourir dans le domaine de l’écologie et du respect des droits de l’Homme au travail.